13 octobre 2008

Borderline

J'en ai assez.
Ras l'oignon de ces horaires, de ce quotidien qui te bouffe - pas parce que c'est dur, non, c'est une des périodes facile de notre vie - et surtout de ce putain de sentiment que je ne serais jamais à la hauteur de ses espérances à elle.

J'ai une envie de fuir ses foutues racailles, son odeur, et tout le reste.

Toi aussi, vivement que tu disparaisses Alain Fournier.
Bientôt, j'espère.

1 commentaire:

Meynial a dit…

Je me lance puisque je pense avoir compris comment laisser un commentaire ici , du moins je l'espère .
J'aimerais pouvoir te pondre un de ces commentaires long , enflammé , bien écrit et surtout sans faute parce que je sais a quel point tu n'aimes pas ça . Mais malheureusement c'est le genre de chose que je pourrais écrire seulement bourrée ( quoi que pour les fautes c'est pas sur )et en ce moment même pas un gramme d'alcool ne traîne dans mon sang .
Alors je n'ai rien de mieux qu'un " J'aime vraiment ce que tu écris " et un " merci d'exister Constance . " Alors avant de virer dans une déclaration d'amitié ridicule je vais stopper l'écriture du commentaire .
J'espère que tout ira mieux ma Gibynin ...

T'es bien une des meilleures choses que j'ai au monde .
[ J'suis pas fière de te laisser un commentaire que tu trouve chiant dès les premières lettres xD ]
Joue bien à Spore ma poule .
A quand la prochaine biture ? Et la prochaine bagarre ?